Compléter sa repentance pour éviter de refaire les mêmes péchés

Il arrive qu’on sache que ce que l’on fait est mal mais qu’on le refasse constamment, on doit se poser la question suivante : qu’est-ce qui fait que nous ne parvenons pas à nous repentir correctement ?

Les témoins de la repentance complète

On peut en déduire que la repentance n’est pas complète parce que la caractéristique de la repentance complète c’est la disparition de la pulsion, qu’elle soit idéologique, sentimentale ou pragmatique.


La pulsion est de trois formes :

  • idéologique, c’est à dire qu’il s’agit d’un waswas, c’est une insufflation dans notre tête qui est récurrente et qui ne cesse d’apparaître
  • sentimentale, c’est à dire que c’est une pulsion qui concerne les sentiments ou c’est le corps qui nous pousse à commettre des péchés tels que la masturbation, la fornication, ect
  • pragmatique

Lorsque ces pulsions n’ont pas disparu, la repentance n’est pas complète, le critère qui fait que la repentance est complète, c’est lorsqu’il y a disparition de la pulsion donc on peut se poser une autre question : qu’est-ce qui fait que la repentance n’est pas complète ?

Les ténèbres entre unicité et multiplicité

Il y a une règle qui est très importante à propos de la négativité, la négativité est unique en son essence et multiple en sa forme, pour illustrer cette notion, on va prendre un exemple, si vous vous êtes repenti d’un péché, ce péché peut disparaître de votre vie mais si vous ouvrez une porte dans votre cœur à un autre type de péché, les failles de ce péché que vous avez colmaté peuvent se rouvrir dans la mesure où les ténèbres peuvent rentrer d’une manière en vous et vous pousser à se traduire d’une autre manière.

Le problème c’est que lorsque les ténèbres rentrent à nous, on le garde en mémoire, il y a des failles qu’on va colmater mais elles peuvent revenir à la surface au moment de la faiblesse donc il est important de respecter les conditions du repentir pour se repentir correctement.

Les conditions de la repentance

Les conditions de la repentance sont :

  • Regretter
  • Arrêter immédiatement le péché
  • Avoir la ferme résolution de ne plus recommencer : ne pas espérer refaire ce péché, on ne peut pas seulement arrêter un péché en se disant qu’on va le recommencer 2 ou 3 jours après
  • Réparer dans le cas où le péché est lié à une injustice et compenser car si ce qui nous a poussé à faire un péché c’est un manquement, on doit le combler dans le licite pour éviter de succomber une nouvelle fois, l’homme à ce désir inné de combler le vide
  • Se donner les moyens de ne pas succomber à nouveau et c’est une condition très importante mais malheureusement elle ne figure pas dans les conditions du repentir énumérées par l’Imam Nawawî, on doit se donner les moyens de ne pas succomber à nouveau car c’est l’ouverture d’une brèche qui fait que les ténèbres peuvent entrer en nous et réveiller des ténèbres que l’on a réussi à enterrer

Il arrive que certaines personnes n’arrivent pas à se délivrer de certaines addictions parce qu’ils n’arrivent pas à faire une repentance complète, il faut respecter les 5 conditions citées précédemment et la dernière incombe de rompre avec les voies qui nous mènent à l’illicite, il faut fermer les ponts qui font que les ténèbres parviennent dans notre cœur.

Les différents types de hijra

On parle de hijra spatiale mais il existe cette hijra, l’action de fuir les mauvaises actions, on doit se détourner des mauvaises actions, les gens limitent la repentance au fait d’arrêter tel ou tel péché mais la repentance n’est pas complète si on a arrêté tel acte et qu’on continue de fréquenter ceux qui le font.

Il y a la hijra pragmatique, celle qui doit nous pousser à fuir les actes dont on s’est repenti mais il existe aussi et surtout la hijra relationnelle donc l’action de fuir ceux qui peuvent nous faire succomber à nouveau à ces péchés là, et il y a aussi la hijra de l’espace à même de nous faire succomber tout court.

Pour résumé, on a la hijra :

  • en actes
  • en relations
  • spatiale (espace)

Il y a des personnes qui sont sincères dans leur désir de s’en sortir, dans leur volonté de se repentir mais malheureusement, ils font marche arrière.

Le danger du marche arrière dans la foi

Il existe des personnes sincères qui font marche arrière car ils ne parviennent pas à réaliser la station de la repentance, c’est triste de voir des personnes, qui ont connu la religion profondément ou qui se sont convertis à l’Islam et qui avaient une bonne pratique religieuse, faire marche arrière parce qu’ils ont ouvert une brèche qui a réveillé toutes les autres brèches.

Les ténèbres sont uniques en leur essence, multiples dans leur forme, quand on décide de se repentir ce n’est pas uniquement par rapport au péché que l’on a fait mais on doit aussi fermer les portes à toutes les ténèbres à même de rouvrir les plaies que l’on avait cicatrisé.

C’est pourquoi, quand on ne parvient pas à le faire car il existe des gens qui veulent mais qui ne peuvent pas, qui font la hijra en actes mais pas en relations, on doit compenser le manque qui nous a fait succomber sinon on risque de succomber à nouveau si on n’agit pas à l’endroit des causes qui génèrent notre instabilité.

En réalité, le savoir peut nous pousser à agir parce que si les gens n’arrivent pas à se repentir complètement, c’est soit qu’ils ne savent pas comment faire, soit leur savoir est faux, ils savent mais ils ne le mettent pas en œuvre parce qu’ils sont occupés par pleins de choses qui s’accaparent leurs mouvements corporels au point qu’il ne reste pas assez d’actions pour valoriser leurs connaissances et leurs ambitions.

Quand on ne parvient pas à se défaire de l’environnement qui nous fragilise, la repentance n’est pas complète, elle ne peut être vraiment complète que lorsque l’on s’écarte de tous les environnements qui nous fragilisent, qui font que nos fragilités et nos faiblesses se réveillent régulièrement.

C’est un sujet qui est important, il est question de notre salut après la mort parce que c’est le sujet de l’époque étant donné que nous avons une spiritualité sinusoïdale, c’est à dire que notre spiritualité n’est pas stable, elle monte et descend donc si on veut que notre repentance soit complète, si on vit dans un environnement qui nous fragile et c’est le cas pour nous tous, on doit cultiver notre pudeur.

La pudeur est une citadelle pour le cœur

La pudeur, c’est de ne pas laisser des éléments étrangers pénétrer l’espace de notre intimité, c’est de ne pas laisser des étrangers pénétrer l’espace de cette intimité car si cet étranger porte en lui un virus, il va nous contaminer de l’intérieur, par conséquent, les deux piliers d’une repentance complète sont :

  • Barrer les voies qui nous mènent vers les ténèbres, qui permettent aux ténèbres de nous atteindre
  • Construire une citadelle pour nous protéger de toute infiltration à même de réveiller nos fragilités passées et cette citadelle là, c’est la pudeur

La pudeur consiste à construire un mur, un barrage qui nous sépare de l’étrangeté, le fait d’être trop ouvert à des relations qui peuvent être toxiques pour nous, on ouvre une porte à même de réveiller ce qu’auparavant, peut être, on a réussi à étouffer.

Cela explique ainsi pourquoi beaucoup de personnes font marche arrière et reviennent mais parfois la marche arrière dure longtemps, parfois la marche arrière touche à la conviction et quelle tristesse de voir des musulmans faire marche arrière au point de laisser l’Islam derrière eux parce qu’ils n’ont pas compris comment fonctionne leur être et qu’ils ne se sont pas donnés les moyens pour faire perdurer leur repentance.

C’est pourquoi, il faut combattre cette spiritualité superficielle, cette spiritualité qui ne génère pas en nous de changement réel parce que beaucoup ne savent pas que l’Islam qu’on acquiert moyennant internet est un Islam qui produit en nous de la superficialité religieuse et celle-ci génère des repentis incomplets à savoir des gens qui font des péchés et qui pratiquent, le prophète (sur lui la paix et le salut) avait raison lorsqu’il disait qu’à la fin des temps les gens se lèveront croyants et se coucheront mécréants ou l’inverse en raison de l’instabilité de leur foi.

Hâtez-vous de faire des bonnes actions avant que vous ne soyez frappés par de la fitna, c’est l’époque dans laquelle on se trouve, une époque qui annonce la venue de l’antéchrist donc soit on se ressaisit, on se protège en construisant cette citadelle, soit on se fait avoir par une divinité cachée qui nous contrôle sans que nous le sachions avec une islamité superficielle.

Le rapport entre le regret et la valeur

Une personne ne peut éprouver du regret que si elle valorise Allah car le regret c’est le constat de s’être éloigné d’une chose que l’on considère comme essentielle dans notre vie, une personne ne peut éprouver du regret que si elle valorise Allah quand elle commet un péché parce que si elle commet un péché et qu’elle regrette, cela signifie qu’elle a constaté que ce péché l’a détourné d’un être essentiel et Allah aime le regret parce que c’est l’application du Tawhid.

On a tous le devoir de parachever ce regret moyennant un cadre, on doit valoriser Allah si on croit en nos convictions, on doit agir pour nos convictions et si on n’agit pas pour nos convictions, elles n’auront pas de valeur donc on ne fera pas de sacrifices et si on ne fait pas de sacrifices, on est dans la superficialité, dans une connaissance qui ne sera vraie que dans sa forme donc cette science nous a été retiré pour ne laisser que du faux.

Compléter sa repentance pour éviter de refaire les mêmes péchés en format vidéo

Cet article est une retranscription du contenu de la vidéo ci-dessous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.