Mon épreuve est difficile. Que faire?

La vie humaine a toujours été jonchée d’épreuves, que ce soit les difficultés de la vie, l’approche de la mort, tout nous ramène à cette notion fondamentale nécessaire dans une trajectoire de vie.

Cette notion fait partie de l’histoire de l’humanité est il est impossible d’en y échapper. Alors pourquoi sommes nous éprouvés?

L’épreuve, l’école de la vie

Si vous rencontrez un problème aujourd’hui qui chamboule votre quotidien, il est légitime de se poser ces questions: pourquoi je suis éprouvé? Qu’est ce que j’ai fais? J’ai l’impression de toujours avoir des épreuves, que faire?

Il est important, à ce stade, de faire une introspection personnelle car une épreuve ne vient jamais par hasard. Elle est une manière de nous faire réagir ou de nous faire réfléchir sur différentes situations que nous rencontrons. Ai-je commis une erreur ou un méfait par le passé qui est non réparé? Ai-je été injuste à l’encontre de quelqu’un? Est ce que je commets des péchés aujourd’hui et je reporte mon repentir? ou alors malgré que j’ai un bon comportement, j’ai cette épreuve mais je comprends pas pourquoi?

L’épreuve est une école, et surtout une sagesse Divine qui nous réveille et nous pousse à nous interroger sur la linguistique des épreuves afin d’en comprendre son sens. Il y a toujours un sens lors des difficultés comme des facilités. Il se cache derrière l’épreuve, un secret que nous aborderons en fin d’article.

Il y a 2 types d’épreuves: miséricorde ou châtiment?

Nous pouvons distinguer l’épreuve de miséricorde en vue d’élever une personne a des degrés plus élevés, de lui faire acquérir une qualité ou réaliser des bonnes actions. Ce sont des paliers que le croyant n’aurait pu atteindre sans passer par ces évènements décrétés. Nous prenons comme exemple les meilleurs de la création comme les Prophètes et les Messagers qui ont vécus des évènements que nous percevons comme insurmontables, et pourtant le rang qu’ils ont auprès d’Allah soubhana ta3la, et leurs récompenses est nettement supérieurs aux difficultés qu’ils ont traversées. Nous pouvons reconnaitre une épreuve de Miséricorde par la patience, la maîtrise de la colère, la recherche de la compréhension dans le but de se réformer. Extraire une sagesse derrière celle-ci permet de s’élever spirituellement, de polir son coeur et de maitriser les penchants de l’âme. La personne éprouvée en ressort meilleure.

« Ceux qui sont les plus éprouvés sont les prophètes, puis ceux qui les suivent le mieux, puis ceux qui les suivent. » 

Prophète Muhammad (paix et bénédictions sur lui)

Quant à l’épreuve de châtiment, elle peut être causée par nos méfaits, nos forfaits et les injustices que nous avons commis ici-bas. Nous pouvons reconnaitre les personnes châtiées par le manque totale de patience durant celle-ci, la colère ressentie à un point où la personne accuse tout le monde d’être responsable de son mal, ne se remet pas en question et trouve un bouc-émissaire à sa souffrance auprès des innocents. La négativité ressentit en sa présence est palpable. Le châtié est aveuglé et il est très difficile d’aider une personne qui ne veut pas se remettre en question. Nous avons juste à prendre comme référence Iblis qui a été châtié et reste incapable de reconnaitre ses torts, se prenant pour un être supérieur à Adam. Pour libérer ce type de personnes, il faut lui faire prendre conscience de ses méfaits. Mais sa conscience est enfermée dans une inconscience qui rend impossible la réforme. Voyez-vous le cercle vicieux?

« Quiconque fait un mal sera rétribué pour cela» 

{Coran: An-Nisaa : 123} 

Maintenant que vous avez pris connaissance de ce fait, dans quelle catégorie vous situez vous? Votre réponse commence à se préciser. Pour vous aider à y voir plus clair, quel comportement vous adoptez dans votre situation? Vous avez plusieurs solutions:

  • s’interroger ou interroger des proches ou une autorité religieuse pour avoir des pistes à exploiter.
  • se mettre en colère contre le Destin et la je vous avoue que la situation ne peut que s’empirer.
  • fermer les yeux, ignorer son état jusqu’à s’engouffrer dans la dépression ou des cas plus graves.
  • demander des avis à des ignorants qui ne feront que donner des avis personnels et vous égarer.
  • trouver un exutoire illicite et malsain.
  • lever les mains et faire des invocations pour une délivrance.
  • patienter en recherchant des solutions pour remédier à son épreuve.
  • faire appel à des thérapeutes qui sauront vous aiguiller et vous comprendre.

Vous pouvez constater qu’il y a multiples moyens de se délivrer d’une difficulté, mais on peut reconnaitre un dénominateur commun qui est la souffrance. La vraie question est comment vous arrivez à gérer cette souffrance.

La souffrance: un carburant à double tranchant

Le dénominateur commun à toutes types d’épreuves est la souffrance. C’est ce qui rend l’adversité difficile. Le secret se trouve dans cette notion car elle est un carburant qui réveille l’être et le pousse à agir: n’est-ce t’il pas dans la souffrance que les plus grands de ce monde ont accomplies les plus belles choses?

Cette énergie vous ne l’obtiendrez par aucun autre moyen, c’est une preuve que Notre Créateur nous connait bien!

N’est ce t’il pas dans l’épreuve que vous avez soulevé des montagnes? Ou trouver des solutions inattendues pour régler vos problèmes? Ou appris de nouvelles compétences?

Aussi, les difficultés révèlent l’intériorité d’une personne. Le fond ressort au détriment de l’apparence qui est trompeuse. Le caractère intérieure ressort et l’individu est lui -meme alors que nous pouvons porter un masque lorsque tout va bien.

Maintenant la question est: Que faire de ce carburant qui m’est donné?

Vous avez deux choix:

  • l’investir dans le bien: soit par des actions pieuses, la lutte contre l’injustice ou même investir son énergie dans une cause noble ou un emploi en se donnant à fond. Vous repensez à un moment de votre vie ou vous avez ressenti cette énergie?
  • ou se détruire dans le mal, tromper et répandre le mal autour de soi jusqu’à s’en prendre à des bouc-émissaires innocents. Les conjoints, les enfants sont malheureusement des victimes collatérales.

Je vous invite à bien y réfléchir car l’issue peut être soit honorable ou très dangereuse…

Nous sortons d’une épreuve de confinement et deux catégories se sont démarqués: ceux qui ont profité du temps accordés pour se concentrer à l’adoration ou ceux qui ont gaspillé leur temps dans les choses futiles..

Et vous? dans quelle catégorie vous situez-vous? Qu’allez-vous faire maintenant?

Lamya d’Orléans

Mon épreuve est difficile. Que faire?

Laisser un commentaire