Les 6 types de failles

L’homme a été créé avec le libre arbitre, soit il œuvre dans le bien et il tend vers la lumière, soit il œuvre dans le mal et il tend vers les ténèbres, mais, il arrive aussi qu’il s’éloigne de la lumière momentanément.

« Est-ce que celui qui était mort et que Nous avons ramené à la vie et à qui Nous avons assigné une lumière grâce à laquelle il marche parmi les gens, est pareil à celui qui est dans les ténèbres sans pouvoir en sortir? Ainsi on a enjolivé aux mécréants ce qu’ils œuvrent. »

[Coran : Sourate al-An’âm (Les Bestiaux), verset 122]

Notre énergie est palpable et il nous arrive de ressentir des lourdeurs, de la fatigue, des migraines sans vraiment pouvoir l’expliquer ou le justifier. Pourtant, il existe bel et bien une raison à cela.

Prenons l’exemple d’un récipient dans lequel on verse de l’eau. Ce récipient, à l’image de notre corps, contient de l’énergie telle que l’eau que contient le récipient, et à chaque fois que l’on œuvre dans le bien, on se recharge en lumière.

Cette lumière qui est palpable, c’est une sensation de stabilité, de bien-être, une énergie en nous qui nous pousse vers le bien et qui anime notre foi, mais si notre récipient contient des brèches, comment l’eau pourrait-elle rester sans s’évaporer par cette brèche ? Encore faut-il pouvoir l’apercevoir.

La lumière c’est exactement comme cette eau, si nous avons une faille alors elle s’évapore et se consume.

Une faille, de manière générale, c’est un défaut, un point faible et d’un point de vue spirituel, c’est une brèche en notre être qui provoque une fuite d’énergie et qui permet l’introduction des ténèbres et c’est pour cela qu’il est important de les identifier.

Il existe 6 types de failles :

La faille doctrinale

La faille doctrinale est une faille à l’endroit de notre croyance, c’est-à-dire que dans notre foi il y a un manquement, un défaut. C’est la faille la plus grave, puisqu’il s’agit de remettre en cause la volonté d’Allah et d’avoir un mauvais soupçon à Son égard.

Abu Hurayra rapporte que le Prophète (paix et bénédictions sur lui) a dit : « Allah Tout-Puissant a dit : Je suis selon l’opinion que Mon serviteur se fait de Moi […] »

[Al-Boukhari et Muslim]

La foi comporte 6 piliers :

• La foi en Allah

• La foi aux anges créés par Allah

• La foi aux livres révélés par Allah

• La foi en aux prophètes et messagers d’Allah

• La foi au jour de la Résurrection

• La foi au destin, qu’il soit bon ou mauvais

Si le croyant ne croit pas fermement en tous ses piliers alors sa foi est incomplète. Il n’est pas normal qu’un croyant soit en colère contre Allah lorsqu’il est éprouvé ou lorsqu’il n’est pas satisfait de son destin.

Nous devons cultiver la bonne opinion envers notre Créateur et nous en remettre entièrement à Lui. Allah sait ce qui est le mieux pour nous et sait ce que nous ne savons pas puisqu’Il nous a créé, Il est le plus à même de connaître nos besoins.

« […] Il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Dieu qui sait, alors que vous ne savez pas. »

[Coran : Sourate al-Baqara (La vache), verset 216]

Nous devons accepter notre destin, les œuvres qu’Allah met sur notre chemin afin de nous éduquer et de nous tester, Il ne nous laissera pas dire que nous croyons sans nous éprouver, telle est Sa parole.

Il est important de cultiver la station spirituelle du tawakkul qui consiste à Lui faire pleinement confiance et être certains qu’Allah est Bienveillant envers Ses créatures.

De plus, cette colère contre Allah peut avoir comme conséquence la malédiction divine, c’est-à-dire un châtiment qui se caractérise par l’entêtement dans le faux, la condamnation au malheur et l’enfermement dans un état de souffrance perpétuelle.

Être en colère contre son Créateur revient à se ranger du côté du diable car, si l’on n’est pas du côté d’Allah on est forcément du côté du diable, il n’y a qu’un chemin droit.

« Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. »

[Coran : Sourate Al-Fatiha (L’ouverture) verset 6-7]

D’autres choses encore peuvent mener à cette malédiction divine, par exemple, l’incapacité de se remettre en question, la religion nous invite à faire un examen de conscience dans le but de se réformer car l’homme est caractérisé par son Seigneur d’injuste et d’insouciant, c’est dans sa nature.

D’autres part, penser que l’on a un don, qu’on est élu ou que l’on a des pouvoirs, pratiquer la voyance, la sorcellerie et faire du mauvais œil à ses frères et sœurs musulmans revient à pactiser avec le diable, nous ne sommes pas dotés de pouvoirs surhumains, nous ne pouvons voir le futur ou le passé de quelqu’un si ce n’est par l’entremise de diables qui font croire à l’homme que c’est le cas.

On ne peut pas penser à faire du mal à la communauté, il y a des règles de bienséance et être jaloux de son frère au point de vouloir que ses biens disparaissent n’en est pas une.

Je terminerais par les injustices qui ne se réparent pas, beaucoup de familles commettent l’irréparable à l’endroit d’un enfant et se voient privé des bénédictions et de la miséricorde d’Allah ainsi que le malheur dans cette vie et dans l’au-delà.

Préservons-nous de ce qui est la cause de la malédiction divine en apprenant à connaître les ruses de Satan, en se repentant et en réparant des injustices que l’on a commis.

La faille sentimentale

La faille sentimentale est une faille qui consiste à ressentir un amour passionnel et excessif pour une personne au point de vivre à travers elle, ce qui revient à prendre la personne comme taghoût.

Qu’est ce qu’un taghoût ?

C’est tout ce qui est adoré ou suivi en dehors d’Allah, c’est prendre comme guide un autre qu’Allah, cela peut être un être humain, une idole, un démon, un mort, ect.

Toute forme d’égarement, d’éloignement de la voie droite est un taghoût, cela peut aussi être notre égo, les passions par exemple l’argent, de sorte que l’on suit celle-ci à notre propre détriment, c’est Allah seul qui doit occuper notre cœur et notre esprit car Il est Le seul à pouvoir nous orienter vers le bien.

Ibn al-Qayyim a dit : «(Un taghoût est) tout ce qui dépasse les limites (que ce soit dans l’adoration), le suivi ou dans l’obéissance. Donc le taghoût des gens est celui qu’ils placent comme juge en dehors d’Allah et de Son Prophète, ou quelqu’un qu’ils adorent en dehors d’Allah, ou qu’ils suivent sans prendre en considération Allah, ou bien qu’ils obéissent dans une affaire [tout en désobéissant] à Allah. Quiconque ne juge ou ne se tourne pas vers ce que le Messager d’Allah a apporté comme jugement suit une fausse divinité.»

Il ne s’agit pas de ne pas ressentir d’amour pour nos proches, nos parents, nos enfants, notre conjoint mais plutôt de ne pas le faire passer avant notre Créateur au risque d’être éprouvé à travers cet amour et de s’éloigner de la voie droite.

Il est important de remettre chaque chose à sa place, c’est à dire de remettre Allah au centre de nos vies.

La faille pragmatique

La faille pragmatique est une brèche qui s’ouvre lorsque l’on commet des péchés.

Dans ce cas, l’homme s’affaiblit et doit se repentir le plus tôt possible. Le croyant doit lutter contre les tentations que Sheytan peut mettre sur son chemin, et combler le vide en se nourrissant de lumière, par exemple, en jeûnant, en assistant à des assises religieuses ou en s’impliquant de manière constante dans une association.

Le croyant qui met tous ses efforts dans des actes d’adoration mais qui commet des péchés capitaux se voit automatiquement user son énergie dans le vide, à long terme cela risque de provoquer du désespoir et de l’épuisement, il va de soit qu’il faut travailler aussi sur ses péchés afin de conserver la lumière que l’on produit à travers de bonnes œuvres.

Il ne faut pas non plus minimiser les péchés car, même si ceux-là sont infimes à nos yeux, s’ils sont cumulés ils peuvent amenés le pécheur à commettre de grands péchés, à l’image de petits cailloux qui deviennent une montagne.

N’oublions pas qu’Allah est Omniscient, Il nous voit à chaque instant et les anges scribes ne font pas de pauses, ils notent nos actes sans arrêt, quand bien même l’homme oublie ses actes, son livre lui rappellera le jour du Jugement dernier.

Abû Hurayrah rapporte que le Messager d’Allah (paix et bénédictions sur lui) a dit : « Lorsque le croyant commet un péché, on inscrit un point noir dans son cœur. S’il se repent, cesse, et implore le pardon, son cœur est poli [de ce point], mais s’il persiste, cela continue jusqu’à recouvrir tout son cœur. »

La faille relationnelle

La faille relationnelle consiste à entretenir une relation toxique.

On reconnaît une relation toxique lorsqu’elle génère une perte d’énergie, c’est un lien à travers lequel un poison nous pénètre, quelque chose de nocif s’introduit en notre être et un déséquilibre s’opère.

Si on se voile la face et que l’on ne distingue pas le vrai visage de la personne du visage idéal que l’on a d’elle alors notre religiosité diminue à force de conserver le lien toxique et au fil du temps, elle peut même disparaître.

Il est important de bien choisir son entourage au risque de s’éloigner de la voie droite lorsque l’on fréquente des personnes qui sont elles-mêmes loin de notre Créateur.

D’après Abou Moussa Al Ach’ari, le Prophète (paix et bénédictions sur lui) a dit : « L’exemple du compagnon pieux et du mauvais compagnon est comme celui du vendeur de parfum et du forgeron. Pour le vendeur de parfum, soit il va t’en donner, soit tu vas lui en acheter soit tu vas sentir de lui une odeur agréable. Et pour le forgeron, soit il va brûler ton habit soit tu vas sentir de lui une mauvaise odeur ».

[Al Boukhari et Muslim]

Il peut aussi s’agir de la famille, dans ce cas, il faudra songer à faire une coupure émotionnelle afin de se prémunir de la toxicité qu’ils peuvent engendrer car personne n’est à l’abris d’envoyer des ondes négatives, même un parent à son enfant et inversement.

La faille circonstancielle

La faille circonstancielle, c’est lorsqu’une situation ponctuelle, un environnement négatif ou une angoisse nous atteint au point de nous impacter quotidiennement.

Par exemple, lorsque l’on est dans l’angoisse car un proche est hospitalisé ou que l’un de nos voisins commet de la sorcellerie, il se peut qu’il impacte tout son voisinage de par cette pratique infâme, qu’Allah nous en préserve. Il est important de se prémunir de l’angoisse qui peut affecter notre corps et faire perdurer une maladie ou également, en déclencher une.

Il faut traiter la cause initiale dans un premier temps, identifier ce qui provoque de l’angoisse en nous et ensuite, se concentrer sur Allah au lieu de se concentrer sur ce qui nous angoisse afin de développer notre tawakkul.

Si on se focalise trop sur notre angoisse, elle envahit notre esprit, c’est la raison pour laquelle elle est une faille donc nous devons colmater cette faille en changeant notre état d’esprit négatif en un état d’esprit positif.

Lorsqu’il s’agit d’une situation particulière ou d’un voisinage nocif, il faudra identifier ce dernier et trouver une solution, par exemple, réformer la personne ou s’éloigner de ce qui va provoquer ce stress en nous, s’il n’est pas possible de s’en éloigner ou de la réformer, il faudra relativiser, se détacher complètement de cette situation et dans le cas du voisinage, songer à déménager si cela devient la cause de notre éloignement vis à vis de notre Créateur.

La faille traumatique

La faille traumatique concerne un trauma qui a eu lieu dans le passé, ou dans l’enfance, sachant qu’un enfant se construit et forge sa personnalité entre 0 et 12 ans, il se peut qu’il subisse un traumatisme qui le marque toute sa vie.

Il est évident que le traumatisme nous fragilise dans le présent car, il s’agit de la conséquence d’un événement déstabilisant et choquant qui se traduit par un flux d’énergie négative capable de générer en nous un trouble s’il perdure, il peut agir comme un cercle vicieux.

Les traumas sont divers, ils peuvent résulter d’une violence subie, d’une injustice, d’un viol, d’une rupture brutale, d’une trahison ou d’un accident.

Ce trauma peut ouvrir une brèche en nous et provoquer des émotions comme de la colère, de la déprime, de la rancœur.

Si on alimente ces émotions, on absorbe de l’énergie négative, d’ailleurs, on peut absorber toute la négativité de la personne qui nous a traumatisé si on se focalise sur elle. Pour pouvoir en guérir, il faut transformer cette souffrance en une force moyennant le dogme du destin.

Ce n’est pas une étape facile mais il faut pouvoir être endurant, patient et comprendre la sagesse divine qui en découle.

D’après Abû Hurayra, le Messager d’Allah (paix et bénédictions sur lui) a dit : « Le Croyant fort est meilleur et plus aimé par Allah que le Croyant faible et dans les deux il y a un grand bien. Recherche avec énergie tout ce qui te fait du bien, demande aide à Allah et ne faiblis jamais. Si un malheur te touche ne dis pas : “Si j’avais fait telle chose, il ne m’aurait pas touché”, mais dis : “Allah en a prédestiné ainsi et, ce qu’Il a voulu, Il l’a fait”, car le mot “si” ouvre la voie à l’œuvre de Satan”. »

[Rapporté par Mouslim]

Malheureusement, dans ce monde, il n’y a pas que des réceptacles angéliques mais, il y a aussi des réceptacles démoniaques qui répandent la turpitude mais il faut être convaincu qu’Allah va nous en délivrer car, Il n’abandonne jamais un croyant.

Au contraire, tout ce que nous vivons va nous permettre de nous éduquer, de nous rapprocher d’Allah lorsque nous nous égarons dans ce bas monde et ce sont ces épreuves qui seront pour nous, le jour de la Résurrection, un moyen d’obtenir la miséricorde d’Allah.

« Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avant vous ? Misère et maladie les avaient touchés ; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés : “Quand viendra le secours d’Allah ? ” – Quoi ! Le secours d’Allah est sûrement proche.»

[Coran : Sourate al-Baqara (La vache), verset 214]

Identifier une faille

Maintenant la question que l’on peut se poser, c’est : comment savoir que l’on a une faille ?

Le moyen radical pour identifier une faille, c’est la cadence spirituelle. Il s’agit de l’ensemble des pratiques religieuses que l’on met en action quotidiennement.

C’est un excellent indicateur du niveau spirituel d’une personne car, il permet de mesurer la constance dans la pratique religieuse. Il nous indique s’il y a une baisse de foi, c’est-à-dire que si la cadence vient à être brisée, on peut en déduire qu’il y a eu un élément déclencheur, par exemple, un péché ou une relation toxique.

Il est essentiel de mesurer la stabilité spirituelle à travers cette cadence car, cela révèle les faiblesses auxquelles le croyant est confronté afin de pouvoir se réformer, augmenter sa foi et identifier les failles dans son relationnel.

Il est aussi important car, il permet de s’alimenter en lumière de façon constante afin de ne pas sombrer dans les ténèbres lorsque l’on a une fuite énergétique.

Pour cela, on doit faire un état des lieux régulièrement afin de localiser nos failles pour les colmater, que ce soit au niveau spirituel, mental, physique, relationnel ou financier, on doit se fixer des objectifs et pour les atteindre, on devra donc colmater nos failles pour éviter le gaspillage énergétique.

Prendre des décisions, ce n’est pas toujours évident, mais lorsqu’il s’agit de notre foi, nous devons l’entretenir donc nous devons nous éloigner de ce qui peut la diminuer.

C’est à nous d’être attentif à l’endroit de nos manquements afin d’identifier la cause de cette baisse de foi ou de cette perte d’énergie. Qu’Allah nous assiste et nous facilite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.